Partenaire de votre Gestion

THL NEWS OCTOBRE-NOVEMBRE 2018

           L’ACTU DU MOIS

S’adapter à la clientèle d’affaires :

  • Proposer un wifi dans la chambre et dans les espaces communs et ne plus lutter contre les téléchargements,
  • La clientèle d’affaires aime les espaces qui procurent de l’intimité tout en étant au milieu de tout le monde (fauteuils à oreilles par exemple qui renvoient du son),
  • Ces clients sont ultra connectés, les personnes à l’accueil doivent savoir les conseiller sur le quartier, l’environnement, les évènements, la restauration alentour,
  • Soigner la qualité du petit déjeuner, poste clé dans un hôtel,
  • Proposer un coin cuisine où sont mis à disposition quelques produits de base (sel, épices, pâtes…) sans que les clients ne fassent la vaisselle.
  • C’est une clientèle pressée : 15 secondes pour récupérer la clé et pour la rendre,
  • Dans la chambre, une table pour travailler avec des prises. La bouilloire est presque démodée face à la machine à café à dosettes,
  • Les «plus» : une petite salle de sport, une salle de billard, un service de nettoyage (pressing ou laverie)

Source : L’hôtellerie n°3624

Concevoir un projet de Spa :

 

  • Un spa constitue une véritable valeur ajoutée pour un hôtel. Mais, avant de se lancer dans un tel projet, il est indispensable d’avoir, au préalable, analysé sa clientèle, la concurrence et le potentiel. Et il est nécessaire de bien réfléchir à son concept.
  • Il est judicieux de faire réaliser une pré-étude du projet, qui analysera le contexte et posera les bases du concept à savoir : le dimensionnement du projet (en m²), sa programmation (cabines de soins, boutique, espace détente…), la thématique du spa, l’estimation de l’investissement, le prévisionnel de l’exploitation.

Après cela, il sera possible de passer à la 2ème phase : la conception et la réalisation.

Source : L’hôtellerie n°3628

 

Le tourisme international en hausse de 6% :

Les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 6% au cours des six premiers mois de l’année selon le dernier Baromètre de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Ces chiffres témoignent une fois de plus de la résilience du secteur, qui se maintient sur sa trajectoire de croissance. Les perspectives de croissance pour la seconde partie de l’année restent bonnes mais quel va être l’impact des blocages des gilets jaunes pour les semaines à venir?

Interdiction de vapoter dans les lieux de travail collectifs :

 

  • Depuis le 1er octobre 2017, l’usage de la cigarette électronique est interdit dans certains lieux collectifs tels que les lieux de travail fermés et couverts. Il n’est pas interdit de vapoter dans les bars et les restaurants, sauf si le professionnel souhaite mettre en place cette interdiction.
  • En revanche, il sera interdit de vapoter dans la cuisine ou les vestiaires qui sont des lieux de travail collectif et qui n’ont pas vocation à accueillir le public.
  • Un affichage doit rappeler l’interdiction. Une signalisation apparente doit être mise en place dans les lieux où le vapotage est interdit, afin d’en rappeler le principe.
  • Le fait de vapoter dans un lieu où s’applique l’interdiction est passible d’une amende prévue pour les contraventions de la 2ème classe (soit 35 €).

Bars et discothèques nocturnes doivent fournir des éthylotests :

Les débitants de boissons à consommer sur place autorisés à ouvrir entre 2 heures et 7 heures du matin doivent mettre à disposition du public des dispositifs permettant le dépistage de l’imprégnation alcoolique (éthylotest chimique ou électronique).

Quels sont les établissements concernés ? Les discothèques, les bars de nuits, les bars à ambiance musicale, les cabarets et les bars d’hôtel dans la mesure où ils sont ouverts au moins jusqu’à 2 heures du matin et au-delà.

Des éthylotests conformes : L’éthylotest chimique, à usage unique, constitué d’une poche en plastique et l’éthylotest électronique, muni d’un embout individuel jetable.

Le responsable d’établissement choisit librement le dispositif qu’il entend mettre à disposition de ses clients et peut combiner les différents dispositifs. Dans tous les cas, il doit s’assurer qu’à tout moment, la demande de dépistage peut être satisfaite dans un délai inférieur à quinze minutes.

Un nombre minimum d’éthylotests est exigé en fonction de l’effectif du public pouvant être accueilli.

Signalez les éthylotests par un affichage : Ces dispositifs de dépistage de l’imprégnation alcoolique, doivent être placés à proximité de la sortie de l’établissement et être visibles et signalés par un support d’information. Outre le pictogramme, vous devez apposer de manière visible à proximité immédiate de l’appareil, une notice d’information.

STATISTIQUES :